La beauté

Publié le par tristesse

Tout le monde est attiré par la beauté et il est prouvé aujourd'hui que dès la prime enfance, l'oeil est captivé par un visage harmonieux plutôt que par un faciès au caractère affirmé.

Tel un vilain canard rêvant de devenir cygne, je désespère devant l'image que me renvoie le miroir et tombe en pamoison dès que je croise un homme aux divines proportions.

Cependant, une réalité m'empêche de souffrir davantage en me soumettant à la question : mais que ferais-je d'un homme avec lequel je me sentirais en constante infériorité...

Oui, la beauté m'interpelle,  mais fait ressortir mon côté laideron.  Un homme trop beau, me fait perdre mes moyens, mon cerveau  et mon esprit critique.

Petite déjà, mon conte de fées préféré était peau d'âne.  Il l'est resté d'ailleurs... 

Puis en grandissant, ma quête de la beauté extérieure s'est peu à peu muée (faute de moyens), en concept philosophique prônant la beauté intérieure, invisible mais absolue (sic).

Mon attirance pour la beauté masculine n'a par contre malheureusement pas évoluée ; même après avoir épousé un bel homme à qui je dois certaines des pires humiliations de ma vie. Mais là, on s'attaque à un problème qui s'apparenterait davantage à du masochisme et qui fera l'objet d'une autre étude. (peut-être).

 

J'en reviens à la beauté...Voyez cet homme et dites moi ce que vous ne feriez pas pour ses beaux yeux, pour cette bouche sublime ou pour se retrouver entre ses bras bronzés...

bel-homme-monde-dieu-grec-155300-1.jpg

 Voilà, c'est le déclencheur  typique de mon syndrome "du  vilain petit canard".

Un gars comme ça se pointe devant moi et je n'ai plus qu'une envie,  c'est descendre six pieds sous terre histoire de voir si j'y suis.

Et alors là, mis à part un grave bégaiement,  ou un gros cheveux sur la langue, ou mieux encore, un manque total de dentition,  je ne vois pas ce qui pourrait faire descendre cet Apollon de son scabellon (merci le dico pour la rime).

dieu-zeus.jpg

Ces statues grecques n'ont pas fini de me faire tourner de l'oeil...

 

J'aimerais qu'on me guérisse de cette saleté d'amour des apparences.

J'aimerais de tout mon coeur, ne plus avoir à subir les affres du "symptôme du laideron", quand je trouve que les hommes et femmes de ce monde deviennent de plus en plus beaux.

 

Je suis pourtant prête à reconnaître que le charisme peut remplacer la beauté. Mais je ne connais pas beaucoup de personnes ayant ce don (d'ailleurs en y réfléchissant, je n'en connais que trois dont deux sont beaux).

 

Malgré tout, la vraie beauté est quand même à l'intérieur.  

Un beau contenant ne doit pas négliger son contenu. 

Et si les nouvelles générations imbues de leur apparence oublient ce "léger" détail, elles ne tarderont pas à tomber de leur  piédestal plus vite qu'elles n'y sont montées.

 narcisse-copie-2.jpg

Publié dans nostalgie

Commenter cet article