Afrique

Publié le par tristesse

 

Une poésie qui m'a beaucoup marqué.
L'Afrique, berceau de la civilisation se meurt de l'imbécilité des hommes, de leur cupidité.
Offerte en pâture aux monstres de la mondialisation, son peuple est sacrifié sur l'autel du dieu tout puissant : pouvoir.
Une population décimée par la maladie, la connerie, la faim, la voracité,  la soif,  l'avidité,  les guerres tribales, la possession,  les religions, la dominance
Un continent entier torturé, qui agonise pour ne pas plier, qui se bat pour sauvegarder ses libertés, qui s'entretue pour garder son identité
L'horreur dans toute sa splendeur

L'Homme est une catastrophe naturelle à lui tout seul.
Je veux bien croire qu'il existe un être Humain qui se cache dans cette bête sauvage
Mais il se cache si bien, que notre race s'éteindra avant que l'on ait pu le trouver

Mais place à la poésie de David Diop



Afrique mon Afrique
Afrique des fiers guerriers dans les savanes ancestrales
Afrique que chante ma grand-mère
Au bord de son fleuve lointain
Je ne t`ai jamais connue
Mais mon regard est plein de ton sang
Ton beau sang noir à travers les champs répandu
Le sang de ta sueur
La sueur de ton travail
Le travail de l'esclavage
L`esclavage de tes enfants

Afrique dis-moi Afrique
Est-ce donc toi ce dos qui se courbe
Et se couche sous le poids de l'humilité
Ce dos tremblant à zébrures rouges
Qui dit oui au fouet sur les routes de midi

Alors gravement une voix me répondit
Fils impétueux cet arbre robuste et jeune
Cet arbre là-bas
Splendidement seul au milieu des fleurs
Blanches et fanées
C`est L'Afrique ton Afrique qui repousse
Qui repousse patiemment obstinément
Et dont les fruits ont peu à peu

L'amère saveur de la liberté


Une superbe chanson contre  l'appartheid Merci Monsieur Clegg

 

 

 

 

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article