Ma mère

Publié le par tristesse

S'accroche désespérément à l'immobilité

Refuse de s'adapter

S'accroche désespérément à ses désirs,

S'accroche à ses soupirs

Façonne la vie selon ses besoins

La détruit quand elle n'y peut rien

S'enferme dans sa tour d'ivoire

Prisonnière de sa mémoire

Enfermée dans son irréalité

Garde de sa prison soigneusement les clés

Nage à contre-courant de la vie

Avale des litres d'amertumes

Se noie dans la déprime

Avale des tranquillisants

Refuse de grandir en vieillissant

Préfère maudire le temps

Tente de garder le contrôle

Fini par en perdre la tête

Ne trouve plus sa route, s'éparpille

Se perd dans une fleur, dans la blancheur d'un nuage

Au bord de son rêve d'éternité

Son esprit peu à peu s'éteint, fatigué

Quand son corps lui, continue de fonctionner

L'oubli comme une douce caresse

La réconforte, l'enveloppe tendrement

Son câlin est bien plus efficace que les miens

Il éradique les ressentiments, dissous les tempêtes

Fait naître un sourire de 5 ans

Et dans ses yeux un bonheur d'enfant

Je t'aime

Maman

Commenter cet article